Chauffage au bois – Partie 3

[Suite de l’article Chauffage au bois: Partie 1 |  Partie 2] Dans ce dernier article, nous verrons des conseils pratiques si vous comptez moderniser ou acheter un cheminée, quelles sont les aides financières auxquelles vous avez droit… Sur ce je vous souhaite une bonne lecture de cet article 😉

Plan de l’article

Modernisez votre cheminée ouverte…

Si vous disposez d’une cheminée ouverte (synonyme de très mauvais rendements) et que vous souhaitez la garder, vous pouvez envisager de la faire moderniser en y installant un insert, dont les caractéristiques techniques (taille, forme…) dépendront bien évidemment d’un cahier des charges bien précis en fonction de l’ouverture et de la disposition de la cheminée. On ne le répètera jamais assez : soyez très rigoureux dans votre démarche et faites intervenir des professionnels…

Privilégiez la facilité d’installation et d’utilisation…

Privilégiez la facilité d’installation et d’utilisation avec les poêles à bûches. Ce sont en effet des appareils faciles à poser. Il existe différentes catégories de poêles :

– Les poêles de première génération sont issus de technologies dépassées. Ils fonctionnent mal au ralenti, leur autonomie est limitée; leur rendement est mauvais (au maximum 10%) et ils produisent un grand nombre de polluants.

– Les poêles de conception moderne

Les poêles en acier et fonte ont un rendement assez élevé à régime normal, mais le rendement devient plus faible au ralenti. Leur autonomie est raisonnable, mais leur inertie thermique est relativement limitée.

Les poêles en fonte et matériaux réfractaires bénéficient des avantages des poêles en acier et en fonte, avec l’autonomie en plus. En effet, ces poêles ont des rendements élevés, des émissions faibles et une autonomie importante. Ils bénéficient d’une inertie thermique importante. Plus performants, ces équipement se révèlent également être plus coûteux.

Comparez les performances entre les différents appareils…

Le passage d’un rendement de 50 % à un rendement de 70 % permet d’économiser 29% de bois (1-(50%/70%)). Pensez au coût global du budget « chauffe » avant d’investir : par exemple si vous devez dépenser 800€ par an avec un appareil d’un rendement de 50%, si vous avez un appareil à 70% de rendement, vous pouvez économiser 2.300€ en 10 ans. Un appareil plus cher à l’achat peut s’avérer plus économique à l’usage. C’est pour cette raison, ainsi que des raisons écologiques évidentes, que l’ADEME recommande d’utiliser des appareils dont les rendements sont de 70% ou plus et émettant peu de polluants.

Avoir un chauffage central au bois

Si vous avez une grande maison, avec un grand espace à votre disposition (chaufferie…) et que vous recherchez un chauffage au bois performant, relié au chauffage central et éventuellement au ballon d’eau chaude sanitaire, alors vous aurez le choix entre différent systèmes de chauffe, comme (liste non-exhaustive) les modèles de chaudière à bûches, à plaquettes ou à granulés ; et vous trouverez sûrement un modèle qui vous apportera satisfaction.

Le tirage

Le tirage est la façon dont arrive l’air pour la combustion du bois. Le tirage peut être naturel ou forcé à l’aide d’un ventilateur de type turbine, d’où l’appellation fréquente de « turbo ».

Le tirage naturel (l’air arrive par lui-même au niveau du foyer) est mis en œuvre dans les chaudières à bûches selon trois techniques :

Les chaudières à combustion montante sont simples mais leur qualité est médiocre et le rendement mauvais (<10%). En effet, le bois est empilé sur la grille, et tout le bois s’enflamme en même temps, ce qui signifie que la combustion est mal maîtrisée et souvent incomplète (synonyme de l’émission de polluants et de moindres rendements)

Les chaudières à combustion horizontale permettent de mieux contrôler les arrivées d’air sont mieux contrôlées, donc le rendement de la combustion est meilleur et le taux d’imbrûlés est plus faible.

Les chaudières à combustion inversée permettent d’offrir une qualité de combustion encore meilleure.

Quel que soit le type de chaudière choisi, il faut savoir qu’après la combustion primaire du bois, les fumées ont encore un potentiel énergétique important :

– Lors d’une combustion incomplète (2C + 02 -> 2 CO), du monoxyde de carbone est produit. Ce gaz peut être brulé (2 CO + O2 -> 2 CO2) pour former du dioxyde de carbone et permettre de récupérer de l’énergie. Les flammes qu’on voit naître spontanément au-dessus du feu sont le résultat de cette combustion secondaire.

Sans compter l’énergie de la chaleur des fumées. Pouvoir récupérer de la chaleur des fumées, c’est récupérer de l’énergie

Le tirage forcé

Les chaudières utilisant le tirage forcé (à l’aide d’une turbine…) sont appelées chaudières « turbo ».

Par rapport aux chaudières classique, ou la combustion a lieu naturellement, les chaudières turbo sont équipées d’une turbine qui introduit de l’air pour accélérer la combustion ou d’un extracteur qui aspire les fumées. Les chaudières turbo ont un bien meilleur rendement que les chaudières à tirage naturel.

Stockez la chaleur avec l’hydro-accumulation

La chaudière à bûches (à combustion horizontale, inversée, ou mieux, « turbo ») peut être associée à un grand ballon d’eau (de 1 500 à 2000 l pour une maison de 100 m²). Le principe est très simple : l’eau ayant une inertie assez importante, lors de la combustion du bois, l’excès de chaleur, au lieu d’être gaspillé, est utilisé pour chauffer l’eau du ballon. Une fois la combustion arrêtée, l’eau rediffuse la chaleur à la maison, pendant une durée de 12 à 24 heures. L’intérêt ? La chaudière ne tourne qu’à pleine puissance, donc offre un meilleur rendement (donc cela coûte moins cher en bois). En outre, la longévité de la chaudière augmente (une chaudière a une meilleure durée de vie si elle tourne à pleine puissance) et une autonomie de chauffage de plusieurs jours en intersaison est possible grâce au ballon.

Si vous n’avez pas envie (ou pas la place) dans un énorme ballon d’eau chaude, mais que vous voulez vous chauffer au bois sans vous tracasser l’esprit, un autre système de chauffe vous intéressera sans doute :

Les chaudières à plaquettes ou à granulés

Les chaudières automatiques à plaquettes ou à granulés présentent de nombreux avantages. Elles sont écologiques (bois) et aussi facile d’utilisation qu’une chaudière au fioul ou au gaz.

En effet, l’alimentation de ces chaudières est programmé et automatique, grâce à l’usage devis sans fin, qui alimentent la chaudière en granules et la débarrasse des cendres. Grâce à un silo de stockage pouvant stocker plusieurs m3 de granules, vous pouvez ainsi bénéficier d’une autonomie de plusieurs mois.

Mieux : Toutes les étapes (alimentation, combustion, décendrage, extraction des fumées, etc.) sont contrôlées et optimisées grâce à une régulation électronique. Le rendement peut atteindre 90 %. un rendement similaire aux chaudières à fioul ou au gaz, a condition toutefois que les granulés utilisés soient de bonne qualité. Pensez donc avant d’investir dans un tel système l’état de disponibilité des granules bois et la qualité des granules.

Comparez les performances des chaudières

Le rendement des chaudières est (valeur théorique, dans le cadre d’un bon fonctionnement):
– Chaudière à tirage naturel, à combustion montante : 55 à 60%
– Chaudière à tirage naturel, à combustion horizontale 65 à 70%
– Chaudière Turbo ou Chaudière à plaquettes : 75 à 85%
– Chaudière à granulés : 75 à 90%

Pose et entretien de votre chaudière bois

Le rendement de la chaudière à bois que vous avez dépend du type de chaudière choisi (type de combustion, type de tirage), mais aussi de sa pose et de son entretien. Un mauvais entretien ne permet pas de conserver de bons rendements, ni de faire durer votre matériel. De même, une mauvaise pose pourra poser problème, en étant au mieux synonyme de mauvais rendements, au pire pouvant être à d’incendies, compte tenu des températures élevées que peuvent atteindre les composants de l’appareil. Le mieux est donc d’avoir une chaudière bien posée, bien entretenue et de bien vous renseigner avant l’installation d’une chaudière bois (ADEME et installateurs)

Offrez un bon conduit aux fumées

La qualité du tirage est primordiale pour le bon fonctionnement d’un appareil de chauffage au bois. La qualité du tirage dépend :
– Du raccordement de l’appareil au conduit de fumée. Il faut éviter les coudes (angles à 90°) et les longues portions horizontales (>1 mètre), qui empêchent une bonne évacuation des fumées. Le conduit ne doit pas avoir de changement brutal de direction ou de section. De même, il est recommandé de prévoir une isolation et un démontage facile pour les nettoyages. ;
– Des caractéristiques du conduit : Outre ce qui a été dit précédemment, votre conduit doit (liste non-exhaustive) être très bien isolé thermiquement, être étanche, facilement ramonable, avoir un débouché au minimum 40 centimètres au dessus du toit, ainsi qu’avoir une section convenant à l’appareil raccordé.

Surveillez de près votre installation

Autres conseils pour votre chauffage au bois : outre une bonne pose et un bon entretien et le choix d’un appareil d’une technologie performante, sachez que les dimensions de votre appareil à bois doivent être adaptées aux besoins de votre maison : la surpuissance nuit à sa longévité. N’achetez donc pas une chaudière surpuissante par rapport à vos besoins.

Souciez-vous de la qualité de l’air

La combustion du bois produit des polluants (CO, particules, etc .) . Pour les réduire efficacement :

– Utilisez un combustible (bois, plaquettes, granulés) de bonne qualité, sec (la combustion de bois vert, outre un mauvais rendement – ce qui coûte cher car il faut plus de bois pour obtenir la même chaleur, produit des beaucoup plus de polluants) et propre.

– Ne brûlez jamais brûler de déchets dans une cheminée ou un poêle ! Ne brûlez donc que du bois de qualité, ne brûlez pas de cagettes ou de cartons dans votre cheminée… !

– Si votre équipement est ancien, vous pouvez le remplacez par un appareil moderne (labellisé Flamme Verte par exemple) : il polluera beaucoup moins et son rendement sera plus élevé. N’hésitez pas à calculer combien vous coûte son entretien ainsi que les économies que vous pourrez réaliser grâce à votre nouvel appareil, plus performant.

Entretenez votre installation

Pour bien entretenir votre installation, une règle très simple commence par bien lire la notice technique de votre appareil, et de vous conformer à ses recommandations.

De façon générale, Les appareils indépendants (inserts, foyers fermés, poêles) nécessitent de régulièrement décendrer, nettoyer l’intérieur de la hotte, vérifier l’appareil… Pour en savoir plus sur l’entretien de votre chaudière, nous vous invitons à consulter l’article de l’ADEME sur l’ entretien de votre chaudière au bois

Sachez tout sur les aides

N.B: les informations concernent uniquement la France en 2010, les aides et crédits d’impôts sont susceptibles d’évoluer dans le temps.

Si votre appareil de chauffe respecte les conditions légales de rendement (la réglementation impose un rendement minimal pour votre chaudière, rendement qui est fonction de la puissance de la chaudière installée ; ce point ne sera pas évoqué plus en détail car le plus simple demeure de se renseigner au cas par cas auprès de l’ADEME) les équipements de chauffage au bois peuvent vous donner accès à des aides spécifiques

Un taux réduit de TVA

La TVA à 5,5 % s’applique à la fourniture et à l’installation de votre appareil, s’il est effectué par une même entreprise… L’achat du bois de chauffage bénéficie également de ce taux réduit.

Un crédit d’impôt

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt pour l’achat d’un appareil de chauffage ou d’une chaudière à bois), si son rendement dépasse 70 % et respecte les normes françaises et européennes (par exemple les appareils labellisés Flamme Verte). Le plus simple demeure néanmoins de se faire aider et conseiller par des conseillers de l’ADEME, qui sauront vous orienter dans votre choix(c’est notamment le cas pour tous les produits labellisés « Flamme Verte »).

Une aide de l’ANAH

Outre la TVA à taux réduit et les crédits d’impôts, vous pouvez sous certaines conditions, bénéficier d’une aide de l’ANAH (Agence nationale de l’habitat). C’est notamment le cas des personnes propriétaire d’un logement de plus de quinze ans qui peuvent bénéficier d’une subvention de l’ANAH pour l’installation d’un appareil indépendant de chauffage ou une chaudière au bois (foyer fermé, insert, poêle) labellisé Flamme Verte. Pour avoir plus d’informations, le plus simple reste de vous renseigner directement auprès de ANAH

Comment trouver les bons produits?

Pour le bois : consultez les pages jaunes de l’annuaire, rubrique « Bois de chauffage » Pour limiter le risque d’acheter du bois de mauvaise qualité, sachez que le bois labellisé « NF Bois de chauffage » offre des garanties quant à sa nature, son degré d’humidité et son pouvoir calorifique (la quantité de chaleur pouvant être tirée d’une certaine quantité de bois)…

Pour les appareils : Fiez-vous au logo « Flamme verte ». et si vous avez le moindre doute, vous pouvez vous renseigner auprès de l’ADEME ou auprès des fabricants et distributeurs d’équipements spécialisés.

Pour l’installation : Vous pouvez vous renseigner auprès de la chambre des métiers de votre département et de l’association Qualit’EnR, qui, par le biais son appellation Qualibois, regroupe des installateurs expérimentés et engagés dans une démarche de qualité (charte Qualibois), qui sauront vous conseiller dans le choix de votre appareil et vous installer l’appareil.

Mais cela fait plusieurs fois que je vous parle du label flamme vert, à qui il faut faire confiance. C’est quoi le sigle «flamme verte » ?

« Flamme verte » est le label de qualité du chauffage au bois, et référence des entreprises qui proposent des appareils économiques (bons rendements) donc écologique, sûrs et fiables. Vous pouvez donc vous fier au label Flamme Verte.

Ce dossier est désormais terminé. Pour lire les articles précédents, cliquez ici: Partie 1 |  Partie 2.  N’hésitez pas à me poser vos questions par e-mail, nous nous efforcerons de vous répondre rapidement. Vous pouvez également remplir le formulaire suivant, et des artisans vous recontacterons pour répondre à vos questions:

Une simulation proposée par Vos Économies d’Énergie.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *