Bilan écologique du bitcoin

En décembre dernier, le bitcoin (monnaie virtuelle décentralisée, en savoir plus) a dépassé la barre symbolique des 1000$. A  son apogée, le bitcoin (฿) valait 1238$ soit près de 900€. Quand beaucoup de personnes s’interrogent sur les bienfaits et les risques associés au bitcoin (protection de la vie privée concernant les paiements sur Internet, mais possibilité de blanchiment d’argent en ligne, instabilité de la valeur de la monnaie), peu s’intéressent à l’impact sur l’environnement de cette nouvelle monnaie. Pourtant, le bilan écologique du bitcoin n’est pas nul comme vous allez le découvrir au cours de cet article.

Le bitcoin, c’est quoi ?

Revenons quelques instants sur le concept du bitcoin afin de comprendre quel est le bilan écologique du bitcoin. Inventé en 2009 par un Japonais surnommé Satoshi Nakamoto, Le bitcoin (฿) est une monnaie possédant les caractéristiques suivantes :

– La monnaie est décentralisée

Aucun gouvernement central ne peut faire marcher la presse à billet, la gestion du bitcoin est entièrement décentralisée et informatisée et la masse monétaire est limitée à 21 million de ฿ce qui signifie qu’il n’y aura jamais plus de 21 million de ฿ en circulation, indépendamment de l’évolution de la demande et de l’économie.  Cela garantit au ฿ de ne pas être victime d’inflation contrairement à ce qui se passe avec l’euro ou le dollar, victime de la presse à billet utilisée à outrance par les gouvernements. Actuellement, 12 millions de ฿ sont en circulation.

– La monnaie est virtuelle

Le ฿ est une monnaie virtuelle, ce qui signifie qu’il n’existe aucun billet ou pièces, le ฿ pouvant n’être utilisé que pour des achats en ligne. Si cela peut inquiéter certains – comment faire confiance en une monnaie virtuelle – il ne faut pas oublier que l’euro et le dollar sont largement des monnaies virtuelles. Moins de 10% de la monnaie est palpable (argent liquide), l’immense majorité de la monnaie circulant sous forme de paiement en carte bancaire ou en virement bancaire.

Maintenant que nous avons posé les bases, voyons quel est le bilan écologique du Bitcoin.

Quel est le bilan écologique du bitcoin ?

Comment une monnaie virtuelle peut-elle avoir un impact sur l’environnement ? C’est assez simple.  Une monnaie virtuelle (comme tout bien dématérialisé) a besoin, pour fonctionner, de puissance informatique. Pour faire simple, le bitcoin (comme toute monnaie) a besoin de puissance informatique pour :

– Sauvegarder les données (qui possède combien de bitcoin)

– Assurer le déroulement des transactions en toute sécurité

Concernant les monnaies classiques (comme l’euro), la coût informatique de la gestion de la monnaie (tenue de compte, transactions…) est pris en charge par les banques, qui se rémunèrent plus que grassement en facturant divers services : carte bleue payante, frais de découvert, frais lors d’un retrait dans une autre banque…

En revanche, le bitcoin étant complètement décentralisé, aucune banque ou entreprise ne prend en charge les frais liés à l’infrastructure informatique du bitcoin.

Le bitcoin mining

Comment cette infrastructure est-elle financée ?  La réponse est simple : par les Internautes volontaires. Le concept est simple : les volontaires peuvent mettre à profit une partie de la puissance de calcul de leur ordinateur au service du bitcoin en échange de quoi ils peuvent récolter des bitcoins. Actuellement, 25 bitcoins sont émis toutes les 10 minutes.

Un nombre croissant d’internautes ont investi dans des ordinateur de plus en plus puissants car plus la puissance de calcul est importante, plus ils pourront récolter de bitcoins. Le problème, c’est que les ordinateurs puissants consomment énormément d’électricité.

schema-bitcoin-mining

Le pire reste à venir. En effet, afin d’éviter l’inflation, le nombre de bitcoin émis sera divisé par deux tous les 4 ans, afin qu’il n’y ait jamais plus de 21 million de bitcoins en circulation. Actuellement, 25 bitcoins sont émis toutes les 10 minutes.

Le bitcoin : déjà 4 centrales nucléaires

Résumons : plus le bitcoin sera populaire, plus la puissance informatique nécessaire pour maintenir le réseau sera important, et moins de bitcoins seront émis. Le minage de bitcoin nécessitera une consommation d’électricité exponentielle et la consommation d’électricité du système a été multiplié par 100 en l’espace de 8 mois (source).

Alors qu’en avril, la dépense en électricité du minage était de 150 000 dollars par jour, il atteindrait selon certaines estimations 17 millions de dollars par jour. Si l’on se base sur le tarif moyen de l’électricité dans le monde (0,15$ par kw/h), le bitcoin nécessite une puissance de 4 700 Mw, l’équivalent de 4 réacteurs nucléaires de 1 200 MW chacun. Et la consommation ne cesse d’augmenter…

Alors le bitcoin représente t-il une menace pour l’environnement ? Ou une opportunité par rapport aux monnaies classiques qui polluent elles aussi (matières premières pour produire des pièces et billets, pétrole pour le transport des fonds, énergie de l’infrastructure informatique des banques) ? Je vous laisse partager votre opinion dans les commentaires ci-dessous 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *