Pour ou contre la voiture électrique ?

Les voitures électriques semblent le mode de transport de demain, et incarnent la volonté de sortir du tout pétrole. Le Salon de Genève en est un parfait exemple, les constructeurs adoptent ce virage en proposant toujours plus de véhicules répondant aux précédentes critiques : désormais, les voitures électriques peuvent également être nerveuses et luxueuses. Ce ne sont plus seulement des citadines placides. Certains véhicules électriques deviennent attractifs. Citons notamment le Tesla Motors Roadster, voiture de sport avec 400 kilomètres d’autonomie, ou encore, prochainement, la berline série S, ayant 500 kilomètres d’autonomie…

Tesla Roadster, véhicule électrique

 

Aussi, nous vous proposons de passer en revue les avantages et inconvénients classiques des voitures électriques.

Contre les voitures électriques

L’autonomie des voitures électriques

Les arguments classiques sont l’autonomie de la batterie et le prix d’acquisition et d’entretien. Car, en dehors des modèles de Tesla Motors, à forte autonomie (mais chers : 40 000€ pour la Berline et 100 000€ pour le Roadster), la majorité des voitures électriques ont une autonomie ne dépassant pas 150 kilomètres, avec plusieurs heures de recharges nécessaires. Cela peut être suffisant pour une deuxième voiture, mais pas pratique pour partir en vacances…

L’autonomie des batteries est un enjeu dans la mesure où les automobilistes redoutent de tomber en panne « d’électricité ». Actuellement, les automobilistes les plus enclins à utiliser les voitures électriques sont les habitants de banlieue faisant des trajets réguliers de moins de 80km afin de garantir suffisamment d’énergie pour mener à bien les trajets du quotidien, des courses au cours de judo et du supermarché à la maison.

Le prix des voitures électriques

Le prix des voitures électrique est élevé en raison du prix imposant de la batterie : jusqu’à 15 000 euros la batterie. Du coup, prenons l’exemple de Renault Zoé. Malgré un système d’abonnement pour la batterie plutôt qu’un achat pur (79€ par mois durant 36 mois) et 5 000€ de bonus écologique, la voiture coûtera malgré tout 15 700€ à l’achat + 750 euros pour une borne de recharge à domicile…

Il ne faudra pas non oublier de payer sa facture d’électricité, même si elle est négligeable : environ 2€ aux 100 km au maximum, soit 5 fois moins cher qu’un plein d’essence.

A ces frais collatéraux, s’ajoute le prix de sa police d’assurance auto qui s’indexe classiquement sur le cout de la voiture. Mais, on peut compter sur les compagnies pour proposer un rabais et un incitatif pour la conduite écologique.

Durabilité de la technologie

Enfin, il reste que la production d’électricité est un enjeu environnemental tout comme l’impact de la construction et les matériaux engagés dans la construction des véhicules. En effet, le lithium et le plomb utilisés dans la conception ne sont pas des plus écologiques et pas inépuisable non plus.

Pour les voitures électriques

Une des raisons que l’on peut avancer en faveur de la voiture électrique repose sur le concept que la volonté de sortir du tout carburant fossile est plus que nécessaire. Pousser l’électrique c’est également pousser le recours à des énergies renouvelables pour la produire.

Ainsi, aujourd’hui, dépendamment de votre localisation dans le monde, l’électricité utilisée est plus ou moins verte. Si vous vivez dans les Alpes ou à Seattle, vous disposez d’une énergie produite par les centrales hydrauliques et la force de l’eau. En France, grâce à une large production nucléaire, la Renault Zoé ne relâcher que 12 grammes de co2 par kilomètre (production thermique d’électricité), 10 à 20 fois moins qu’une voiture classique.

En revanche, de nombreux pays recourent massivement au charbon pour produire de l’électricité. Citons notamment l’Allemagne (40% de son électricité provient du charbon), les Etats-Unis (40% également), la Pologne (90%) ou encore la chine (75%). Dans ce cas, l’intérêt est moins flagrant. Une voiture électrique alimentée à 75% charbon et 25% nucléaire produirait 110 grammes de co2 par kilomètre.

Dans ce cas, l’intérêt est moins flagrant. Une voiture électrique alimentée à 75% charbon et 25% nucléaire produirait 110 grammes de co2 par kilomètre.

Certes, cela représente malgré tout un énorme progrès : c’est 30% de moins que la moyenne des voitures, cela résout le problème de pollution locale (émissions de polluants limitée aux seuls abords des centrales thermiques), la pollution sonore des centre-ville. En outre, le charbon est mieux distribué que le pétrole, et cela résout certains problèmes géostratégiques.

Mais ce n’est pas révolutionnaire. 30% de moins quand il faudrait diminuer les émissions de 80% d’ici 2050, sans compter les problèmes de recyclage de la batterie sur le plus long-terme et le fait que le lithium n’est pas illimité…

Conclusion

La voiture électrique représente un symbole, celui du changement, de la prise de conscience et c’est un chemin que nous devons prendre et non plus envisager. Mais ce n’est en aucun cas une solution miracle :

– La première source de production d’électricité dans le monde est le charbon (39%), plus du double du nucléaire (16%). Les hydrocarbures représentent 68% de la production totale d’électricité, la France étant l’exception qui confirme la règle (75% de nucléaire, 11% de thermique)

– La production de batterie pose des problèmes : le lithium est une ressource minérale finie, sans compter la question du recyclage des batteries.

Je pense qu’il n’y aura aucune solution miracle à l’essence bon marché, mais qu’un mix de solutions sera nécessaire pour faire face à cet enjeu. La voiture électrique fera partie de ce mix, mais de nombreux autres solutions doivent être envisagées, telles que :
– L’amélioration des rendements de voitures
– L’utilisation de biocarburants
– L’arrêt de l’étalement urbain
– Le covoiturage
– Le télétravail
– L’eco-conduite
– L’augmentation de la performance des transports en commun

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu, et bonne visite sur eco-malin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *