Tag Archives: biocarburant

Les dessous des biocarburants

Le réchauffement climatique est indéniable et on doit réagir. On nous parle depuis peu des biocarburants comme étant écologiques et limitant le recours aux énergies fossiles, notamment le pétrole. Si en soi ce n’est pas faux, en l’état actuel, cette assertion est loin d’être confirmée.

Techniques utilisées pour produire des biocarburants

Dans cet article, nous verrons quelles sont les techniques utilisées actuellement pour produire des biocarburants dits de première génération, et quelles sont les innovations actuellement en cours de développement afin de produire des biocarburants toujours plus propres et plus durables.

Chiffres clés biocarburants

En 2005 ont été produit 4 millions de tonnes de Diester, 36 millions d’éthanol, soit 2,5% de la consommation mondiale de pétrole dans les transports routiers : 1,6 milliard de tonnes. Seul le Brésil utilise de façon significative les biocarburants, avec 90% des voitures vendues flex-fuel roulant aussi bien au pétrole ou à l’essence.

Biocarburants végétaux

Les carburants de première génération ne sont pas la solution au tout-pétrole en tant que tel. En cultivant du colza et du maïs, il faudrait couvrir 5 milliards d’hectares*, soit… 3 fois plus que toutes les terres cultivées de l’ensemble de la planète. Impossible. Pire: couvrir ne serait-ce qu’une partie des terres arables en colza ou en maïs pour produire des biocarburants fait diminuer mécaniquement la production agricole, ce qui fait augmenter (loi de l’offre et de la demande oblige) les prix agricoles, au détriment des consommateurs des pays pauvres. Ce n’est pas purement théorique, le Mexique a notamment souffert de la hausse du prix des tortillas, aliment de base de beaucoup de Mexicain en 2007 – en raison de l’engouement des biocarburants aux USA.

Biocarburants de troisième génération

Les biocarburants à partir d’algues, algocarburant, sont dits de « troisième génération ». C’est grâce à des rendements 30 à 100 fois plus élevés qu’avec des plantes classique que les oléagineux terrestres pourraient permettre une production de masse (par exemple pour l’aviation), sans déforestation massive ni concurrence avec les cultures alimentaires. 1,6 millions de km² (moins que l’Algérie) de cultures de micro-algues permettraient à l’humanité de se passer du pétrole*.

Biocarburant

Un biocarburant aussi appelé agrocarburant, est un carburant produit à partir de matériaux organiques provenant de la biomasse. Les biocarburant sont donc, au contraire des carburants fossiles, durable, ce qui ne signifie pas écologique : leur production pouvant potentiellement entraîne déforestation, consommation d’engrais…Il existe actuellement deux filières actuellement : la filière huile et dérivés (biodiesel) (voir rouler à l’huile) et la filière alcool, à partir d’amidon, de cellulose ou de lignine hydrolysés. Il existe trois générations de biocarburants comme nous allons le voir au cours de cet article.

Bilan économique et intérêt géostratégique des biocarburants

Les biocarburants représentent, une source supplémentaire de carburants, ce qui est bien pour l’indépendance énergétique, permettant d’éviter d’être dépendant de pays « peu stables » (Russie, OPEP…). Cela étant, ils posent le problème de la production alimentaire : une voiture consomme autant en énergie que les besoins alimentaires de 4 à 5 personnes… Les terres arables sont en quantité limitées… Pour limiter de 20% la consommation de pétrole, on peut au choix décider de consacrer 100% des cultures Françaises pour les biocarburants (quid de la production alimentaire ?), ou améliorer les rendements des moteurs, enseigner la conduite souple…

Algocarburants

Les algocarburants sont des biocarburants de « troisième génération » produit à base des lipides contenues dans des micro-algues. Les algo-carburants sont potentiellement capables de remplacer les controversés biodiesels de « première génération », obtenus à partir d’huile végétale de plantes terrestres.