Les transports écologiques : rêve ou réalité

En raison de la hausse de la population et du niveau de vie sur Terre, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. Certaines écologistes affirment qu’il est utopique de croire qu’on peut se déplacer de façon écologique, certains disent même que nous nous rapprochons du point de non-retour écologique.
Pourtant, presque toutes les technologies existent déjà pour proposer des transports surs, écologiques et durables. Ces solutions coutent encore un peu cher, mais pourraient révolutionner le monde des transports d’ici 2020 surtout avec un peu de volonté politique. Vous ne me croyez pas ? Laissez-moi vous dévoiler les technologies dernier cri en matière de transport écologique :

1. La voiture

Responsables de 20% des émissions de CO2 en France, les voitures thermiques pourraient disparaitre bien plus rapidement qu’on ne le pense. En effet, pour le moment, aucun véhicule électrique n’offrait le confort, l’autonomie et le prix des voitures thermiques. Mais cela risque de changer. Voici pourquoi :

a. L’autonomie

L’autonomie a longtemps été le gros point noir des véhicules électriques. En effet, quel intérêt à avoir un véhicule électrique qui tient 50 ou 100 km, qui ne peut être rechargée que chez soi et dont la recharge dure une nuit ?
Heureusement, cela a bien changé. Les constructeurs traditionnels ont fait des efforts. La Renault Zoé tient 210 km. Mais les Américains font mieux : 502 km d’autonomie pour la Tesla Model S. Un Français est parvenu à faire Paris/Marseille en moins d’une journée, recharge incluse.

Et le progrès va continuer. Une start-up Israëlienne est parvenue à créer des batteries permettant de rouler 1000 miles (1600 km) entre deux recharges (source) pas mal non ? Reste le problème du cout, mais bon… le cout des batteries aura diminué de 70% en 2015 par rapport à 2008 (source) et cela va continuer. Il est fort à parier que des voitures électriques ayant une autonomie de 1000 km à moins de 30 000€ seront d’une banalité affligeante d’ici 2020…

b. Les recharges

Même avec une bonne autonomie, une voiture électrique pose le problème de la recharge. En effet, il n’existe que très peu de stations-service électriques et la recharge prend énormément de temps. Face à ce problème, Tesla a trouvé la solution. Elon Musk – son CEO – a inventé un système de changement de batterie, qui permet de faire un « plein » d’électricité en 1 minute 30.

Si ce système est cher – $60 à $80 le plein – Tesla compte également proposer des superchargers qui rechargent votre voiture à 80% (400 km d’autonomie) en 30 minutes… gratuitement. Il sera bientôt possible d’aller d’Oslo jusqu’à la mer Méditerranée en voiture électrique aussi facilement qu’avec une voiture classique.

c. La consommation d’électricité

Tout cela est bien joli, me direz-vous, mais les voitures électriques consomment beaucoup d’énergie – autant que les thermiques classiques ou presque. Et la majorité de l’électricité dans le monde provient du charbon ou de l’électricité ? Oubliez cela :

-Tesla alimente à 100% ses voitures en énergie verte

Vous allez me dire : ce n’est pas généralisable à grande échelle, car les énergies vertes sont intermittentes : la nuit sans vent, ni le panneau solaire ni l’éolienne ne produisent de l’électricité.

Mais n’oublions pas Google.
– Google a créé un système de smart grid qui permet de synchroniser en réel la consommation et la production d’électricité.
– Google est également à la tête d’Über (véhicules à la demande)
– Google possède Waze (GPS qui optimise le temps de parcours en temps réel en fonction de l’état du trafic)
– Google sait fabriquer des voitures sans conducteur, donc légères vu qu’il n’y a pas besoin de volant, ni de système d’accélération, ni de freinage, tout se faisant automatiquement

Première génération de voiture automatique

Deuxième génération de voiture automatique (sans volant, sans accélérateur ni frein)

Combinez la technologie Tesla et Google, et je ne serai pas surpris de voir débouler d’ici quelques années des voitures électriques (taxi ou à la demande de type Vélib) entièrement automatique qui consomment 2 ou 3 fois moins d’énergie qu’un véhicule traditionnel et qui permettront de conduire de façon rapide, confortable (sans bruit) et sure.

d. Des voitures sobres en carburant

Consommer 2 ou 3 fois moins d’énergie (voire 10 fois moins) vous parait utopique ? Je ne le pense pas. Une voiture thermique a un rendement moyen d’environ 15% ce qui signifie que si votre voiture consomme 6 litres aux 100 km, en réalité 1 litre est nécessaire et le reste part en frottement mécanique et en chaleur dans votre pot d’échappement. Alors que le rendement d’une bonne centrale électrique est de 40/50%. Les voitures électriques, à poids égal, consomment bien moins qu’un véhicule thermique. Mieux : en l’absence de mécanique (un moteur électrique c’est léger) les véhicules électriques peuvent être allégés et économiser encore plus d’énergie.

La preuve : des étudiants ont conçu pour l’écomarathon Shell un véhicule qui roule 10 017 km avec l’équivalent d’un litre de carburant (en mode électrique) soit moins de 0,01 litre aux 100 km. Avec l’équivalent d’une cuillère à café de carburant, vous pouvez rouler 50 km. C’est 800 fois moins qu’un véhicule de Monsieur Toutlemonde

Bien sûr, le véhicule est loin d’être une voiture de Monsieur Toutlemonde, mais même en concevant un véhicule 80 fois plus gourmand que ce genre de véhicule (donc plus lourd, plus confortable) cela ne ferait jamais qu’un véhicule consommant 1 litre aux 100 km.

e. Les voitures solaires

Pour consommer encore moins d’énergie et augmenter l’autonomie de véhicules électriques, pourquoi ne pas intégrer des panneaux solaires sur le toit d’une voiture ? Cela est possible, d’ailleurs chaque année, des voitures ne fonctionnant qu’à l’énergie solaire font la courses en Australie et traversent le pays de part en part à 100 km/h de vitesse moyenne.

Si ce genre de véhicule ne donne pas franchement envie, le progrès continue et on est désormais capable de produire des véhicules solaires qui ressemblent presque à des voitures normales…

Des étudiants ont même tenté un tour du monde dans un véhicule solaire qui ressemble à une voiture normale. Chapeau non ?

L’avion solaire

Tout ceci est bien joli me direz vous, mais même si les voitures deviennent électriques, on ne pourra pas se passer complètement de pétrole me direz vous ne serait-ce qu’à cause des avions ? Bien sûr, il est impossible d’alimenter un A380 qu’avec des panneaux solaires, l’avion est bien trop lourd pour cela. Ceci étant, un prototype d’avion 100% solaire – le solar impulse 2 – a réussi son premier envol, et tentera l’année prochaine le tour du monde, de jour… comme de nuit (grâce aux batteries accumulant l’énergie solaire)

Bien sûr ce genre d’avions est bien loin des gros porteurs modernes, mais ce n’est qu’un prototype d’un genre nouveau. il y a 100 ans on aurait dit qu’il est impossible de transporter 400 passagers à 1000 km/h d’un bout du globe à l’autre et pourtant on l’a fait. Alors l’avion solaire impossible ?

L’avion à la noix de coco

Moins révolutionnaire, Richard Branson a réussi à faire voler un avion avec 80% de kérosène et… 20% d’huile de noix de coco et de Babassu…

Vous allez me dire: “oui, mais les biocarburants polluent, il faut déforester, le rendement est mauvais, ce n’est pas généralisable”? Sachez que des producteurs de biocarburants de troisième génération arrivent à produire des biocarburants avec un haut rendement et un prix inférieure au prix du pétrole actuel

L’hyperloop

Même si l’avion aux biocarburants ou l’avion solaire ne percent pas, n’oublions pas le projet Hyperloop, sorte de TGV moderne qui circulerait à 1200 km/h de façon sure et entièrement écologique. Si le projet est encore dans les cartons, il semble malgré tout crédible. Après tout, son créateur, Elon Musk, a déjà créé du haut de ses 42 ans Paypal, les voitures Tesla et le lanceur spatial Space X ;)… Alors l’avion sera t-il remplacé par des trains rapide à 100% électriques et verts?

À retenir

Le réchauffement climatique et la déplétion de ressources premières sont un enjeu majeur auquel nous sommes confrontés et que nous devrons relever si l’on veut garder le confort moderne. Toutes les technologies existent déjà pour un développement plus durable. Certaines technologies sont encore rares ou chères, mais ce n’est qu’une question de temps et de volonté politique pour qu’elles déboulent dans notre vie quotidienne 😉

Et vous accepteriez vous de rouler dans une voiture roulant à l’huile d’algue ou dans une voiture électrique automatique ? Accepteriez-vous de monter dans un avion solaire ? J’attends vos réactions .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *