Investir pour l’environnement, c’est rentable

Quand on pense à l’environnement, on pense souvent : « utopique », « bobo », « trop cher ». Pourtant, c’est dommage, car agir pour l’environnement, outre les impacts positifs sur la nature, ont un impact positif pour l’homme. Après tout, l’homme vit dans un environnement naturel, donc il faut préserver la nature ne serait-ce que pour notre propre avenir. Enfin, les catastrophes naturelles coûtent très cher. Quand on s’imagine le coût des catastrophes climatiques, par exemple 15 000 morts par an liés aux voitures en France, ou les 200 milliards de dollars liés à KATRINA, les grands tunnels pour contrôler l’eau, si on ajoute tout, ca fait des milliards.

Agir pour l’environnement: combien ça coûte?

Nicholas Stern disait, dans un rapport publié en 2006, qu’il suffit d’investir chaque année 1% du PIB mondial – soit 690 milliards de dollars (530 milliards d’euros) en 2011 – dans l’environnement pour éviter le pire. Cette somme peut sembler importante mais ne l’est pas tant que ca comme vous pouvez le voir dans le graphique suivant:

quelques-depenses-en-2012

L’investissement à faire pour l’environnement représente 20% à peine des dépenses mondiale en pétrole (et 2 fois moins que les revenus de l’OPEP).  A comparer avec le budget militaire mondial où le coût de la crise qu’a provoqué le système de finance mondialisé dérégularisé

quelques-depenses-en-2012-2

Vraiment, on n’a pas les moyens d’investir dans le domaine de l’environnement? Le problème du manque d’investissement dans le domaine vient d’un simple problème de théorie des jeux (lire aussi équilibre de Nash) mais c’est idiot au final. Nicholas Stern a montré que si on investit pas rapidement 1% du PIB mondial (soit 3 mois de croissance, étions nous pauvre et malheureux il y a 3 mois) dans l’environnement,  il y aura rapidement une récession à hauteur de 20% du PIB mondial. Dit autrement, à chaque fois qu’on investit 1€ aujourd’hui, on évite d’en perdre 20 plus tard.

Sans compter les drames humains prévisibles comme les réfugiés climatiques. Rien qu’au Bangladesh, si le niveau de la mer augmente de 1 mètres, 1/3 du pays sera submergé forçant 25 à 30 millions d’habitants à perdre leur maison et à fuir (source)… Inquiétant non?

Investir dans l’environnement, c’est doublement rentable

Investir dans l’environnement, c’est doublement rentable:

1/ Cela permet de préserver le capital nature et d’éviter des catastrophes lourdes, humainement et financièrement parlant

2/ Cela aura également un impact très fort sur l’économie

En France, où 99% du pétrole consommé est importé, le coût de la facture pétrolière représente 80% du déficit extérieur. Dit autrement, chaque année, 60 milliards d’euros sortent du pays. Cela crée autant de dette et autant d’emplois qui ne sont pas créés. 60 milliards, c’est à peu près l’équivalent du poids économique du secteur de la restauration en France (55 milliards d’euros) qui génère 1 millions d’emplois (source)… Bref, dans l’absolu, si on ne consommait plus une goutte de pétrole, on pourrait créer des millions d’emplois en France.

Ce n’est évident pas possible en l’état. Mais cela montre l’importance d’investir dans l’environnement, afin de limiter les importations Française, mais aussi de créer des millions d’emplois:

– Dans la recherche

– Dans les flux logistiques (smart grid…)

– Dans la construction (rénovation de l’habitat)

– Dans l’industrie (panneaux solaires, photovoltaïques…)

 

Les énergies renouvelables et économies d’énergies permettent également de:

– Limiter l’exode rural (en créant des emplois dans la filière bois)

– Augmenter le pouvoir d’achat des français (moindre dépense énergétique) donc création d’emplois dans le secteur des services

– Plus d’emplois = Plus de cotisations URSSAF et d’impôts = Désendettement de l’Etat

 

Cela vous semble trop beau pour être vrai? La Chine, peu reputée pour son sens de l’environnement, a bien compris cet enjeu et est devenu en quelques années leader mondial des énergies renouvelables. Le nouveau secteur porteur à la Silicon Valley est les énergies vertes.

Plus près de nous, les pays Nordiques ont bien compris l’intérêt d’investir dans le secteur. Bien que le Danemark soit 10 fois moins peuplé que la France, il a créé 21 fois plus d’emplois rien que dans le secteur éolien:

creation-emplois-secteur-eolien

Source du graphique

Et pour 1 emploi créé dans le secteur (1 emploi qualifié), il y a plusieurs emplois indirects créés. Le secteur des énergies renouvelables n’est pas encore complètement mature, et la France devrait s’y positionner tant qu’il en est encore temps pour créer des emplois, limiter la pollution et augmenter ses exportations – avant qu’il ne soit trop tard et que toutes les places aient déjà été prises.

En France, on n’a pas (encore? avec les découvertes en Guyane) de pétrole, mais ayons des idées.

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu et bonne visite sur Eco-Malin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *