Category Archives: Nouvelles technologies

Quelques innovations pour l’environnement

mini-plante-dans-mains

La plupart des gens pensent qu’on a souvent pas le choix de polluer – faut bien aller au travail… – et qu’il n’existe pas vraiment de solution à l’environnement. C’est faux. Chacun fait des choix : rien ne vous interdit de prendre le bus (s’il n’y a pas de bus, de déménager), d’acheter un petit véhicule électrique, de déménager, de changer de travail… Bien sûr, vous allez me dire: c’est la crise, j’ai une famille à nourrir… et ce n’est pas aussi facile. Je suis d’accord avec vous, dans la vie rien n’est facile, mais pour autant, il est plus constructif de reconnaître que la balle est dans votre camp que de toujours subir le destin…

Epurer les eaux… sans rien faire

mini-goutte-d-eau

Plutôt que de construire des usines de recyclage des eaux usées, des communes ont choisi, pour recycler les eaux usées, d’implanter des jardins composés de plantes… qui recyclent les eaux naturellement. Le prix d’investissement est le même qu’une usine pour la conception et la création, mais le coût d’usage par la suite est 3 moins élevé. Des communes comme Honfleur ou Vezins ont fait ce choix… Certes ca prend de la place – 3 hectares pour 2.000 habitants. Mais cela signifie aussi que théoriquement, couvrir 1000 km² (1/5 d’un département français) suffirait pour couvrir tous les besoins Français comme vous pouvez le voir dans cette vidéo…

El-Hierro: 100% d’énergies renouvelables

mini-eolienne-en-pleine-action

Une petite île de l’archipel Canaries, s’apprête à se passer à 100% du pétrole. Impossible ? Des éoliennes sont installées pour produire de l’électricité. Lorsqu’il y a trop d’électricité, comme c’est très difficile de stocker de l’électricité en masse avec des batteries, de l’eau de mer est pompée vers un lac en amont… Lorsque le vent se fait plus rare, l’eau redescend les pentes et alimente une centrale hydroélectrique (technologie STEP).

Ecoparc de Kalundborg (au Danemark)

mini-developpement-durable

La maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme (Lavoisier). Dans la nature, les déchets des uns sont les ressources autres. Lorsqu’un animal ou un végétal meurt, il se transforme en nutriment utilisé par d’autres plantes ou d’animaux (charognards). Il y a le cycle du carbone, il y a également le cycle de l’eau. Bref, contrairement aux idées reçues, la nature pollue et produit énormément de déchets, et produit notamment 20 fois plus de co2 que ne le produit l’homme. Mais la nature recycle 100% de ses déchets… C’est ce qui fait son caractère durable…  Pourquoi ne pas s’inspirer de ce modèle pour l’entreprise ? Non seulement ce serait écologique, mais également économique. Au lieu de payer pour se débarrasser d’un déchet, autant gagner de l’argent en utilisant ce déchet pour produire quelque chose d’autre non?  C’est ce que nous allons voir au cours de cet article au cours de deux exemples.

Toiture végétalisée

picto-toiture-vegetalisee

Une toiture végétalisée n’est pas seulement esthétique mais offre de nombreux avantages pour la préservation du bâtiment, de l’environnement, et la réalisation d’économies d’énergie. Un toit végétalisé permet de diminuer les différentes de température jour/nuit dans votre maison, ce qui vous permet de mieux garder la chaleur la nuit. De même, en été, votre toit demeure frais (par rapport aux tuiles ou aux toits goudronnés) diminuant vos besoins de climatisation.

Tour solaire

mini-tour-solaire

Une tour solaire est une centrale à énergie renouvelable. Le concept est simple : le rayonnement du soleil chauffe de l’air au niveau d’un vaste collecteur, qui est ensuite canalisés et orienté vers une cheminée très haute, qui permet de tirer profit de la différence de température entre l’air froid en altitude et l’air ainsi chauffé. L’air monte de plus en plus vite, actionnant des turbines qui produisent ensuite de l’électricité.

Véhicules Flex fuel

Voiture verte

Un véhicule dit « Flex fuel » est un véhicule dont le moteur peut tourner à la fois avec de l’essence, du bioéthanol ou un mélange des deux, quel que soit le taux d’essence et d’éthanol. Très populaire au Brésil, ce type de véhicule devient de plus en plus populaire de par le monde, en raison de l’émergence de biocarburants. Dans cet article, vous découvrirez l’historique des véhicules flex fuel et leur impact qu’ils ont – en bien ou en mal – sur l’environnement.

Tesla motors

mini-tesla-roadster

La Tesla Roadster est une voiture de sport 100% électrique. Produite depuis 2008 par la société californienne Tesla Motors. Sa particularité est, qu’au contraire des autres véhicules électriques, elle dispose d’une bonne autonomie : environ 400 km. Elle ne consomme que l’équivalent énergétique de 2 litres/100 km. Ce qui n’empêche nullement à cette belle sportive d’accélérer vite, très vite : 3,9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h, mieux qu’une Porsche 911. Preuve que voiture électrique et performances ne sont pas incompatibles, même si d’autres problèmes surviennent en terme de développement durable comme le fait qu’une voiture électrique n’est pas la panacée (problème des batteries, étalement urbain…) face à d’autres solutions plus innovantes, comme le télétravail, le covoiturage, les transports en commun, la densification de l’urbain

Voitures solaires

mini-voiture-solaire

 

Vous aimez l’environnement? Vous aimez Star-Wars? Les voitures solaires, écologiques, vont vous intéresser. Tous les ans an Australie, le World Solar Challenge (1) a lieu. Il s’agit de rejoindre Darwin et Adélaïde (3 021 km) le plus vite possible. La particularité ? La voiture ne fonctionne qu’à l’énergie solaire. En 2005, le trajet a été effectué en 29 heures seulement, soit une vitesse moyenne de plus de 100 km/h… Un record de vitesse de 165 km/h à été atteint par la voiture solaire de l’université de Ashiya (2)

World Solar Challenge

mini-voiture-solaire

Le World Solar Challenge (défi solaire mondial) est une course de voitures dont la caractéristique est de n’utiliser que l’énergie solaire pour se propulser. Sympa non? Cette course a lieu en Australie tous les ans depuis en 1987. Des concurrents venus du monde entier participent au rallye, parcourant un circuit de 3 021 km (1 877 miles) entre les villes de Darwin et d’Adélaïde.