Category Archives: Comprendre & Agir

Comment devenir écolo?

Pour devenir écolo, il suffit de penser au signe 3R : Réduire, réutiliser, recycler. Que cela concerne les déchets, le transport, la nourriture, on peut toujours appliquer les 3R, afin de faire des économies de pouvoir d’achat et faire un geste pour l’environnement. Seuls les déchets ultimes – qui n’ont pu être réduits, réutilisés ou recyclés – seront jetés. Explications au travers de la nourriture dans un premier temps, et au niveau des implications qu’ont les 3R sur votre mode de vie.

Chiffres clés biocarburants

En 2005 ont été produit 4 millions de tonnes de Diester, 36 millions d’éthanol, soit 2,5% de la consommation mondiale de pétrole dans les transports routiers : 1,6 milliard de tonnes. Seul le Brésil utilise de façon significative les biocarburants, avec 90% des voitures vendues flex-fuel roulant aussi bien au pétrole ou à l’essence.

Calorifugeage

Le calorifugeage est l’isolation des tuyaux d’eau chaude ou de chauffage. En clair, installer au niveau de vos canalisations d’eau chaude qui circulent dans des pièces vides (exemple: garage) un isolant pour éviter de la déperdition de chaleur   entre la chaudière et les points de distribution de la chaleur (radiateurs…) lors de passage dans des locaux (exemple : garage, cave) non chauffés. Un bon calorifugeage permet d’éviter de gaspiller de l’énergie et donc de faire des économies sur sa facture…

Calculer les coûts de la vie pour faire des économies d’énergie

Pour beaucoup, l’écologie semble peut-être bobo, bien, utopiste, et beaucoup d’entre vous estiment cela cher. En effet, un comportement écologique est parfois coûteux à l’achat, mais il faut raisonner sur le long terme, en comparant le coût total d’un bien écologique face à un bien traditionnel. La majorité du temps, l’appareil écologique est le moins cher si vous tenez compte de la durée de vie des appareils écologiques – plus élevé que les appareils bas de gamme – et les économies d’électricité que vous réaliserez sur la durée de vie de vos appareils électriques. Je vous invite à lire cet article pour en savoir plus sur ce sujet:

Biocarburants végétaux

Les carburants de première génération ne sont pas la solution au tout-pétrole en tant que tel. En cultivant du colza et du maïs, il faudrait couvrir 5 milliards d’hectares*, soit… 3 fois plus que toutes les terres cultivées de l’ensemble de la planète. Impossible. Pire: couvrir ne serait-ce qu’une partie des terres arables en colza ou en maïs pour produire des biocarburants fait diminuer mécaniquement la production agricole, ce qui fait augmenter (loi de l’offre et de la demande oblige) les prix agricoles, au détriment des consommateurs des pays pauvres. Ce n’est pas purement théorique, le Mexique a notamment souffert de la hausse du prix des tortillas, aliment de base de beaucoup de Mexicain en 2007 – en raison de l’engouement des biocarburants aux USA.

Biocarburants de troisième génération

Les biocarburants à partir d’algues, algocarburant, sont dits de « troisième génération ». C’est grâce à des rendements 30 à 100 fois plus élevés qu’avec des plantes classique que les oléagineux terrestres pourraient permettre une production de masse (par exemple pour l’aviation), sans déforestation massive ni concurrence avec les cultures alimentaires. 1,6 millions de km² (moins que l’Algérie) de cultures de micro-algues permettraient à l’humanité de se passer du pétrole*.

Biocarburant

Un biocarburant aussi appelé agrocarburant, est un carburant produit à partir de matériaux organiques provenant de la biomasse. Les biocarburant sont donc, au contraire des carburants fossiles, durable, ce qui ne signifie pas écologique : leur production pouvant potentiellement entraîne déforestation, consommation d’engrais…Il existe actuellement deux filières actuellement : la filière huile et dérivés (biodiesel) (voir rouler à l’huile) et la filière alcool, à partir d’amidon, de cellulose ou de lignine hydrolysés. Il existe trois générations de biocarburants comme nous allons le voir au cours de cet article.

Bilan environnemental des biocarburants

Le bilan environnemental des biocarburants comporte trois aspects principaux : économiser les énergies fossiles pour ne pas remettre en cause notre mode de vie; limiter le réchauffement climatique afin de préserver l’environnement dont l’Homme est part intégrante, et diminuer la pollution locale, notamment dans les centre-villes des grandes agglomérations qui souffrent le plus de la pollution. Cet article vous donne plus d’informations sur le bilan environnemental des biocarburants.

Bilan économique et intérêt géostratégique des biocarburants

Les biocarburants représentent, une source supplémentaire de carburants, ce qui est bien pour l’indépendance énergétique, permettant d’éviter d’être dépendant de pays « peu stables » (Russie, OPEP…). Cela étant, ils posent le problème de la production alimentaire : une voiture consomme autant en énergie que les besoins alimentaires de 4 à 5 personnes… Les terres arables sont en quantité limitées… Pour limiter de 20% la consommation de pétrole, on peut au choix décider de consacrer 100% des cultures Françaises pour les biocarburants (quid de la production alimentaire ?), ou améliorer les rendements des moteurs, enseigner la conduite souple…

Scandale de la culture de coton en Asie Centrale

Dans les années 1960 et 1970, le gouvernement de l’URSS a voulu cultiver de grandes quantités de coton pour ses besoins et pour pouvoir exporter. Or, la culture du coton nécessite de la chaleur et de l’eau, beaucoup d’eau. La seule région suffisamment chaude pour la culture du coton en URSS se situait en Asie centrale, au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Le problème, c’est que cette région n’avait pas assez d’eau car elle est semi-désertique. Mais miracle : 2 grands fleuves traversent la zone, alimentés par les fontes de neiges de l’Himalaya : le Syr-Daria et l’Amou-Daria. Le gouvernement a donc mis en place de nombreux ouvrages hydrauliques, tels que des barrages et des canaux afin de permettre l’irrigation de zones désertiques. L’idée de base est bonne : cultiver plus, créer des emplois et emmener la prospérité dans cette région très pauvre. Mais cela s’est très très mal passé comme vous allez le découvrir dans cet article.