Category Archives: Ailleurs dans le monde

Impact du transport maritime sur l’environnement

mini-cheminee-bateau

Le saviez-vous ? Les 15 plus grands bateaux dans le monde polluent plus à eux seuls que les 760  millions de voitures en circulation. Je ne parle pas de CO2, les voitures émettent plus de CO2 globalement, mais des pollutions telles que les oxydes de sulfure et autres.

Les pays les plus écologiques

mini-arbre-et-planete

Si la France est l’un des pays développés qui pollue le moins : 5,8 tonnes de co2 par habitant et par an, soit moins que dans la plupart des autres pays développés et moins qu’en Chine, c’est principalement en raison de l’importance de son parc nucléaire qui produit ¾ de l’électricité Française sans rejeter de co2 (en dehors de la construction des centrales)

El-Hierro: 100% d’énergies renouvelables

mini-eolienne-en-pleine-action

Une petite île de l’archipel Canaries, s’apprête à se passer à 100% du pétrole. Impossible ? Des éoliennes sont installées pour produire de l’électricité. Lorsqu’il y a trop d’électricité, comme c’est très difficile de stocker de l’électricité en masse avec des batteries, de l’eau de mer est pompée vers un lac en amont… Lorsque le vent se fait plus rare, l’eau redescend les pentes et alimente une centrale hydroélectrique (technologie STEP).

Ecoparc de Kalundborg (au Danemark)

mini-developpement-durable

La maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme (Lavoisier). Dans la nature, les déchets des uns sont les ressources autres. Lorsqu’un animal ou un végétal meurt, il se transforme en nutriment utilisé par d’autres plantes ou d’animaux (charognards). Il y a le cycle du carbone, il y a également le cycle de l’eau. Bref, contrairement aux idées reçues, la nature pollue et produit énormément de déchets, et produit notamment 20 fois plus de co2 que ne le produit l’homme. Mais la nature recycle 100% de ses déchets… C’est ce qui fait son caractère durable…  Pourquoi ne pas s’inspirer de ce modèle pour l’entreprise ? Non seulement ce serait écologique, mais également économique. Au lieu de payer pour se débarrasser d’un déchet, autant gagner de l’argent en utilisant ce déchet pour produire quelque chose d’autre non?  C’est ce que nous allons voir au cours de cet article au cours de deux exemples.

Véhicules Flex fuel

Voiture verte

Un véhicule dit « Flex fuel » est un véhicule dont le moteur peut tourner à la fois avec de l’essence, du bioéthanol ou un mélange des deux, quel que soit le taux d’essence et d’éthanol. Très populaire au Brésil, ce type de véhicule devient de plus en plus populaire de par le monde, en raison de l’émergence de biocarburants. Dans cet article, vous découvrirez l’historique des véhicules flex fuel et leur impact qu’ils ont – en bien ou en mal – sur l’environnement.

La bataille de Tchernobyl

mini-nucleaire-tchernobyl

Le nucléaire est souvent présenté en France comme une énergie propre ou durable. Ceci est entièrement faux: certes, le nucléaire ne rejette pas de co2 en dehors de la construction/déconstruction des centrales et le transport des combustibles fissibles. Mais les réserves d’uranium sont limitées, et certains isotopes seront radioactifs pendant des millions d’années, et personne n’a de solutions durables à part les enfouir (Bure…), les balancer dans la mer ou les exporter en Sibérie…

Emissions de co2 en direct

mini-co2

D’un côté, en France, les voitures consomment de moins en moins, les logements deviennent mieux isolés, le progrès technique améliore les rendements, donc la consommation d’énergie baisse. De l’autre, on en profite pour consommer toujours plus, la population mondiale augmente et les pays émergents sont avides de consommation, et polluent de plus en plus… La consommation d’énergies fossiles ne cesse d’augmenter d’années en années battant sans cesse de nouveaux records.  Dans la simulation ci-dessous, vous verrez la pollution au co2 en direct, pour vous aider à vous représenter l’impact qu’ont les différents pays sur le réchauffement climatique.

Culture du soja en Amérique du Sud

Fresh Soy Beans

En Amérique du Sud, 41 millions d’hectares sont cultivés en soja (plus que la superficie de l’Allemagne…). La proportion de soja Roundup Ready (prêt au Round Up, le « fameux » produit de Monsanto) augmente, notamment en Argentine, au Brésil et au Paraguay, car la demande de soja ne cesse d’augmenter, la plante étant riche en protéines et de plus en plus utilisée depuis l’interdiction des farines animales en Europe. Découvrez dans cet article quelles sont les conséquences de cette culture intensive.

Scandale de la culture de coton en Asie Centrale

coton

Dans les années 1960 et 1970, le gouvernement de l’URSS a voulu cultiver de grandes quantités de coton pour ses besoins et pour pouvoir exporter. Or, la culture du coton nécessite de la chaleur et de l’eau, beaucoup d’eau. La seule région suffisamment chaude pour la culture du coton en URSS se situait en Asie centrale, au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Le problème, c’est que cette région n’avait pas assez d’eau car elle est semi-désertique. Mais miracle : 2 grands fleuves traversent la zone, alimentés par les fontes de neiges de l’Himalaya : le Syr-Daria et l’Amou-Daria. Le gouvernement a donc mis en place de nombreux ouvrages hydrauliques, tels que des barrages et des canaux afin de permettre l’irrigation de zones désertiques. L’idée de base est bonne : cultiver plus, créer des emplois et emmener la prospérité dans cette région très pauvre. Mais cela s’est très très mal passé comme vous allez le découvrir dans cet article.