Avion écologique

Vous avez un long trajet à effectuer, vous comptez prendre l’avion, mais vous avez conscience de l’impact environnemental de l’avion et avez mauvaise conscience ? Voici quelques trucs et astuces pour voyager en avion tout en polluant moins.

1°) Se demander si l’avion est vraiment indispensable

Sur des trajets tels que Paris/Lyon, Paris/Marseille ; Lyon/Marseille ; Paris/Bruxelles ; Paris/Strasbourg…, grâce au TGV, l’avion n’est plus si compétitif. Ainsi, Paris/Marseille est aussi rapide en TGV (3 heures 30) qu’en avion (50 minutes de vol + 1h pour faire Paris/Centre – Aéroport + 50 minutes d’embarquement + 50 minutes à l’arrivée entre aéroport et ville centre soit 3h30), sans compter la gêne en moins. Je préfère largement 3h30 de train calme où je pourrais dormir, lire ou travailler… A alterner métro et RER sales, bruyants, et bondés. Question de choix.

2°) Pour vous rendre à l’aéroport, préférez les transports en commun

Le bilan écologique de l’avion inclut aussi les transports pour se rendre aux aéroports…

Même si vous habitez en campagne, c’est possible. Rendez vous à la gare la plus proche garez vous et prenez le train jusqu’à l’aéroport. Ainsi, un lorrain gagnera à rejoindre Nancy, Metz ou la gare de Lorraine puis de prendre le train. Ainsi, faire Nancy/Roissy CDG en voiture, c’est 4 heures au minimum contre… 1h45 en train (30 minutes de navette jusqu’à la gare de lorraine + 1h15 pour les 300 km restant en TGV) et dépenser plus de 200€ A/R (voir Coût de la voiture)sans compter le prix, exhorbitant, d’une place de parking en aéroport.

Tandis qu’en TGV, vous vous en sortirez pour un même trajet à tout casser à 100€/personne, voire 50€/personne en réservant très tôt le train (économique donc) et éviterez perte de temps et le rejet de 140 kg de co2 sur un tel trajet.

3°) Si vous prenez l’avion, choisissez en priorité des vols directs

En effet, ce qui pollue le plus en avion est le décollage et l’atterrissage.

4°) Choisissez la ville la plus proche pour l’aéroport

Si vous voulez visiter l’Andalousie et que vous habitez Dijon, mieux vaut si cela est possible faire 200 kilomètres pour prendre un avion à Lyon que faire 200-300 kilomètres pour monter sur Paris, car depuis Paris, l’avion volera, donc polluera plus longtemps. Out

Même si ce n’est pas systématique, faire des trajets plus courts, c’est se donne plus de chance de payer moins cher son vol. Bref, choisissez votre aéroport de départ et d’arrivée pas uniquement en fonction du prix mais aussi de votre bon sens. Si vous hésitez entre deux aéroports, choisissez celui qui minimise le kilométrage que vous allez parcourir en avion.

5°) Limiter le poids de ses valises

Outre que c’est moins lourd, le poids influe sur la consommation de carburant d’un avion. Préférez un court livre philosophique qu’à prendre un pavé avec vous…

6°) Ne jamais voyager en classe affaire/business

La place d’un avion étant limité, prendre l’équivalent de 2 ou 3 places éco pour avoir un siège plus grand fait qu’il y aura 2 places en moins à cause de vous, donc que polluerez 2 ou 3 fois plus. Ainsi entre le classe la plus luxueuse et la classe éco, le co2 d’un AR Paris/Cancun varie entre 12 et… 3,5 tonnes.

7°) Choisir des avions remplis/low-cost

Le principe d’une compagnie low-cost est de remplir au maximum un avion pour le rentabiliser. Or, si le poids influe sur la consommation de carburant d’un avion, globalement, la consommation de carburant d’un avion rempli ou vide est assez proche. Ainsi, sur un Paris/Cancun, les 300 passagers (30 Tonnes si on compte 100 kg/personne+bagage) pèsent ainsi bien moins lourd que le carburant (60 Tonnes) ou l’avion (200 Tonnes à vide).

Pour simplifier (abusivement), prendre un avion à 100% pollue 25% en moins qu’un avion rempli à seulement 80% (le taux de remplissage moyen d’un avion de ligne). Et en plus, les avions de type « charter » ou « low-cost » sont généralement bien moins cher que les compagnies traditionnelles, tout en faisant des avions souvent récents – la moyenne d’âge des low-cost est souvent inférieure à 4 ans – synonymes d’avions moins gourmands en kérosène.. Economie d’argent et de pollution sont donc à la clé.

8°) Choisissez des gros porteurs/modèles récents

En moyenne, plus un avion est gros, moins il pollue (proportionnellement parlant bien sûr). Ainsi, à vitesse égale, si un avion de 200 passagers consomme 2 litres/seconde contre 4 litres/seconde pour un gros porteur de 600 passagers, le second pollue moins par personne à taux de remplissage égal que le premier.

En outre, en raison de la flambée des prix du kérosène (lié au prix du pétrole), Airbus et EADS construisent des avions de moins en moins gourmand pour répondre aux attentes des compagnies aériennes. A380 composé de matériaux composites essentiellement, nouveaux avions plus sobre et qui seront encore 20% plus sobre d’ici 2020… Si vous avez la possibilité de connaître à l’avance l’avion sur lequel vous volerez, choisissez en conséquence.

9°) Petits truc: préférer partir l’hiver plutôt que l’été

Quitte à voyager, autant le faire en hiver, comme cela vous diminuez d’autant la facture énergétique de votre maison

10°) Compensez votre co2

Grâce à la Compensation de co2, financez des programmes écologique et sociaux pour aider les pays du tiers monde à se développer de façon écologique, ce qui leur évitera de produire du co2 qu’ils auraient normalement émis. Grâce à votre don, la quantité que vous émettrez de co2 ici sera évitée ailleurs (permettant ainsi de voyager sans nuire à l’environnement) tout en aidant les plus pauvres à s’en sortir.

Exemple d’avion plus écolo

Mr X souhaite se rendre à Athènes en été avec sa femme et ses deux filles pour se reposer en vacances. Il a choisi la compagnie Air France car il souhaite prendre une compagnie connue et française, et habite à 400 kilomètres de Paris/Orly où il compte se rendre en voiture. Voici le bilan carbone du trajet :
– Voiture : 400 km * 2 * 200g/km = 160 kg de co2
– Transport en avion : 1,11 Tonnes * 4 = 4 400 kg de co2
(1) Calculé par co2 solidaire avec un taux de remplissage moyen de 80%
Total : 4 560 kg de co2 auront été émis lors du voyage

Mr Y souhaite visiter les îles Cyclades avec sa femme, sa fille et son petit garçon pour 1 semaine et fêter là bas la nouvelle année. Il a choisi un avion low-cost/charter pour voyager et faire ainsi des économies, et habitant lui aussi de la capitale, il a décidé de se rendre à la gare la plus proche à 50 kilomètres de là puis de prendre le train. Lors de son départ, il a mis sa chaudière au fioul au ralenti en hors-gel, une chaudière qui consomme habituellement 2 500 litres par hiver, soit 100 litres/semaine (250 kg de co2) afin de consommer au moins 3/4 en moins.

Voici le bilan carbone se son voyage :

Si détailler calcul dans fichier externe

 

– Voiture : 50 km * 2 * 200g/km = 20 kg de co2
– Transport en avion : 0,93 T (2)* 4 personnes = 3 720 kg de co2
– Transport en train: 5g de co2/personne/km pour un AR de 800 km = 16 kg
– Economie chauffage : -200 kg de co2
(2) Calculé pour un taux de remplissage de 95% au lieu de 80%

Le bilan carbone de son voyage ne sera plus que de 3 556 kg, soit un peu plus d’une tonne de moins que la famille X. Ce n’est peut-être pas beaucoup, mais cela reste significatif. Sans compter l’économie sur le chauffage, le parking, et le prix du billet avec une compagnie charter qui fera plus que compenser le prix du train…

Synthèse

L’avion est un mode de transport assez polluant, car même si ce mode de transport est moins polluant que la voiture pour une personne voyageant seul, la grande vitesse incite à de longs voyages, donc à plus de pollution. Dans la mesure du possible, préférez les alternatives (train, bus) à l’avion. Ceci étant, même si vous devez prendre l’avion, les solutions existent pour minimiser votre impact sur l’environnement: compensation de co2, choix de vol direct, transport multimodal… Sur ce, je vous souhaite un bon voyage et une bonne visite sur eco-malin.com

Pour en savoir plus : Co2 Solidaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *