L’Agence internationale de l’énergie (AIE)

L’Agence internationale de l’énergie est une organisation destinée à coordonner les politiques énergétiques des pays occidentaux industrialisés. Créée en 1974 à la suite du premier choc pétrolier, elle supervise le dispositif permettant de pallier une pénurie temporaire et coordonne les politiques énergétiques de ses membres.

 

Un besoin croissant d’économies d’énergie

L’AIE faisait partie des acteurs « optimistes » et niait jusqu’à récemment l’existence d’un pic pétrolier. L’AIE a toutefois fait marche arrière en 2007, et souhaite que d’importantes économies d’énergie aient lieu car entre la hausse de la demande en Chine et en Inde (+13,6 millions de barils/jour) et le déclin des gisements aujourd’hui en production (- 23,9 millions de barils/jour), malgré les nouveaux gisements en cours d’exploitation et de nouvelles techniques de production, il manquerait en 2015 12,5 millions de barils/jour si de nouveaux gisements ne sont pas trouvés et si aucune nouvelle mesure d’économie d’énergie sont prises.

mini-pompe-a-essence

 

Situation énergétique en 2013

Actuellement (en 2013), la crise économique a limité la hausse des besoins en énergie, et la découverte de nouvelles sources d’énergie, comme les gaz de schistes ou les sables bitumineux au Canada, mais aussi au Venezuela ont changé la donne. Le Venezuela dispose ainsi de plus de réserves de pétrole sous forme bitumineux que l’Arabie Saoudite.

Ceci étant, dans tous les cas, des mesures doivent être prise, tant pour des raisons économiques qu’écologiques (le pétrole pollue, et les sables bitumineux sont encore bien pires), sans quoi une grave crise énergétique et environnementale pourrait compromettre tout espoir de sortie de « crise économique »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *