6 bonnes raisons de rénover énergétiquement son logement

L’état de performance énergétique du parc existant de logements en France est très loin des standards de performance dans la construction neuve : en moyenne, la consommation d’énergie primaire (ou Cep) dans le parc existant est de 270 kWhep/m².an alors que la Réglementation Thermique (RT) introduite en 2012 impose une Cep maximale moyenne de 50 Kwhep/m².an pour les logements neufs. En résumé, un logement moyen en France (et je ne parle pas des cas extrêmes de logements construits avant 1974 et l’apparition de la 1ère RT) consomme 5 fois plus d’énergie primaire qu’un logement récent… C’est comme si nous continuions à rouler avec des voitures qui consomment en moyenne 25 l / 100 kms, et pourtant cela ne choque personne (ou trop peu) !

Avec un temps de renouvellement du parc de 1 à 2% par an, 60 à 70% du parc de logements de 2050 est déjà construit à l’heure où j’écris ces lignes. Pour atteindre le facteur 4 de réduction de gaz à effet de serre d’ici 2050, l’effort doit donc principalement porter sur la rénovation énergétique du parc existant. Pour le moment, la RT existant « élément par élément » (se basant sur la RT de 2005) sert de garde-fous lors des travaux d’amélioration de l’habitat, mais il est évident qu’au rythme actuel des rénovations, la France ne parviendra à remplir ses objectifs. Une prise de conscience générale est nécessaire pour atteindre l’objectif du facteur 4 imposé par le protocole de Kyoto, et heureusement les arguments rationnels en faveur de la rénovation énergétique des logements ne manquent pas :

  1. Réduire sa facture énergétique en diminuant les dépenses pour se chauffer et produire son eau chaude sanitaire. Saviez-vous qu’avec un budget moyen de rénovation de 250 € par m² de surface habitable (pour une maison individuelle), il est tout à fait possible de diviser par 4 son budget énergie (qui se monte à 1870 € en moyenne par ménage français) ? Avant toute chose, il est fortement recommandé de faire réaliser un audit énergétique de votre logement pour optimiser au mieux votre projet de rénovation et répondre à ces questions : où et comment isoler ? faut-il changer de mode de chauffage ? pour quel coût ? et avec quelles économies à la clé ?

Heating thermostat with piggy bank and money

  1. Gagner en confort d’occupation de son logement. En effet, en limitant l’effet de paroi froide et les infiltrations d’air parasites, les travaux d’isolation (murs, sols, plafonds, ventilation et fenêtres) diminuent sensiblement l’inconfort de l’occupant. Une maison non isolée chauffée à 21°C sera ressentie comme plus froide et inconfortable qu’une maison isolée chauffée à 19°C ! Pensez à isoler votre logement avant de changer votre chaudière : il est plus facile de remplir un sceau avec de l’eau lorsque les trous ont été colmatés…

Haus mit einer roten Wollmütze

  1. Réaliser un investissement dans son logement: la valeur « verte » gagnée lors d’une rénovation énergétique doit être considéré comme un placement financier sûr et rentable. Non seulement il rapporte des intérêts chaque année via une facture de chauffage allégée, mais en plus lors de la revente, l’argent investit dans les travaux sera récupéré par un prix de vente plus élevé. Une étude publiée en avril 2015 par une association de chambres de notaires (DINAMIC) a démontré qu’une maison dont l’étiquette énergétique est C se vend en moyenne 5% plus cher qu’une maison dont l’étiquette est D, toutes choses égales par ailleurs et inversement une maison classée F se vend en moyenne 11% moins cher que la même maison classée D (dans la limite de l’information disponible dans les bases notariales).

Property value

  1. Réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement de notre planète et ainsi permettre à nos descendants de vivre dans des conditions climatiques acceptables (se dire qu’il est déjà trop tard ou que son voisin se doit de montrer l’exemple est un comportement suicidaire, mais malheureusement le plus répandu). On n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants !
  1. Être beaucoup moins dépendant des hausses futures des prix de l’énergie. Saviez-vous que le coût de l’énergie a augmenté de 23% ces 7 dernières années et qu’une commission d’enquête du Sénat a écrit en 2012 que la facture d’électricité des français grimperait de 50% d’ici 2020 ? (notamment en raison du vieillissement du parc de centrales nucléaires et de l’impact de l’accident de Fukushima). Avec une augmentation de 6% par an du coût de l’énergie, voici l’évolution du budget chauffage pour une maison de 140 m² construite en 1980 :

budget-energie

  1. Bénéficier des aides et subventions tant qu’elles existent. De nombreux dispositifs ont été mis en place pour vous aider financièrement dans la rénovation énergétique de votre logement. N’hésitez pas à prendre contact avec les Espaces Info Énergie qui sont chargés de vous aiguiller vers les dispositifs qui vous concernent.

Cet article vous a été présenté par Yves de la société Actergie que vous pouvez retrouver sur www.actergie.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *